l’Esprit du lieu

Accueil > Résidences d’auteurs > En cours > Emmanuelle Pagano > Les invités

Les invités

publié le mardi 7 juin 2016

Olivier Ciechelsski

La Trilogie des rives

avec Emmanuelle Pagano
Projection du film De profundis en présence d’Olivier Ciechelski.
Vendredi 2 décembre 2016 à 20 h 30
Médiathèque le 3ème Lieu, Pont-Saint-Martin
Entrée libre.

Emmanuelle Pagano présentera sa Trilogie des rives dont le premier tome Ligne et fils a paru aux éditions P.O.L.. Elle invite Olivier Ciechelski réalisateur du film De profundis qui évoque les thèmes de l’engloutissement et du secret qui sont au cœur du deuxième tome de la trilogie, Sauf riverains.

Le film De profundis : Il y a plus de trente ans, la compagnie française EDF mettait en service un barrage hydroélectrique dans la vallée de l’Ain. S’y cachait depuis huit siècles un monastère, la Chartreuse du Vaucluse, qui repose aujourd’hui, intact, par 80 mètres de fond, sous les eaux d’un lac artificiel. Dans les villages alentour, l’histoire de ce lieu suscite toujours beaucoup de discussions à propos des sombres heures de l’Occupation ou du combat mené contre l’Etat français pour empêcher son immersion. Pourtant, des moines chartreux vivent encore dans le silence des monts voisins et les circonstances de cet événement semblent avoir réalisé, dans la matière, la vocation de cet ordre qui a choisi de vivre hors du monde pour se rapprocher de Dieu.
De Profundis ambitionne de restituer l’esprit contemporain de cette figure centrale et pourtant invisible. Au point de convergence de ce monastère englouti, des entretiens, des images d’archives, des prises de vues sub-aquatiques et des plans de pure contemplation liés ensemble dans un système d’interactions et de rapprochements poétiques.
Texte extrait du site.

OLIVIER CIECHELSKI
Scénariste, réalisateur

Après des études de Lettres, un mémoire sur John Cassavetes et deux ans passés à Varsovie, Olivier Ciechelski écrit et réalise deux courts-métrages avant de tourner De Profundis, présenté au F.I.D. de Marseille en 2004.
Puis ce sera Lettre du dernier étage. Ce film hybride, aux confins du documentaire et de la fiction, est présenté à Locarno et obtient plusieurs prix en France et à l’étranger.
En 2006, son court-métrage de fiction L’écluse (avec Marc Barbé) est sélectionné à la Semaine de la Critique et diffusé sur France 3.
Parallèlement à ses projets personnels (Le Rêve de Jacob en 2013, puis deux longs-métrages en développement), Olivier écrit pour la société Spicee une série consacrée à l’essor du crime organisé en Russie dans les années 90, puis une autre, sur la vie dans la zone interdite qui entoure Tchernobyl.
Des travaux dont se dégagent quelques motifs et thèmes récurrents : la disparition, le monde naturel, l’eau, l’invisible, les liens qui unissent les vivants et les morts.

Texte extrait du site

Christine Ulivucci

Emmanuelle Pagano invite Christine Ulivucci
A propos de son livre : "Ces lieux qui nous habitent"
le vendredi 10 février à 20 h 30
A la bibliothèque de Montbert
Entrée libre.

Christine Ulivucci exerce la psychothérapie analytique et transgénérationnelle à Paris. En 2004, elle fonde l’Atelier de Recherche sur le Transgénérationnel qui propose des ateliers de groupe et une formation en transgénérationnel. Son approche l’amène par ailleurs à utiliser la photographie comme outil thérapeutique et à travailler sur les processus de création artistique. Elle est l’auteure de Psychogénéalogie des lieux de vie, Ces lieux qui nous habitent, paru aux Editions Payot en mars 2008.

Après des études littéraires et linguistiques et une pratique d’enseignante, elle se tourne vers des études de psychologie et d’histoire de l’art et travaille dans le domaine culturel et artistique avant de s’engager dans une formation en transgénérationnel et une pratique thérapeutique qui rassemble ces différentes approches et propose une vision globale de l’individu.

Invité par Emmanuelle Pagano, Christine Ulivucci viendra parler de son livre "Ces lieux qui nous habitent", Editions Payot, mars 2008.

Quels sont les événements de vie qui ont fait que nous sommes nés à tel endroit ou que nous habitons à tel autre ? Pourquoi est-il si difficile pour certaines personnes de s’investir dans un lieu, et impossible pour d’autres de déménager ? La réponse se trouve dans notre arbre familial. Car les lieux nous accueillent, nous repoussent et se font écho à travers les générations.
Mais que viennent-ils donc nous rappeler ? Et que pouvons-nous en tirer comme enseignement pour notre propre vie ?

Texte extrait du site.

Interview de Christine Ulivucci sur la psychanalyse transgénérationelle

Interview de Christine Ulivucci sur la psychanalyse transgénérationelle from Christine Ulivucci on Vimeo.