l’Esprit du lieu

Accueil > Résidences d’auteurs > En cours > Pierric Bailly > Atelier d’écriture

Atelier d’écriture

publié le vendredi 12 février 2021

Dans le cadre de sa résidence l’Esprit du lieu, Pierric Bailly a animé un atelier d’atelier avec une classe de seconde au Lycée Saint-Martin de Machecoul-Saint-Même.

Pierric a proposé aux élèves d’écrire quelques lignes à partir d’un lieu qu’ils fréquentent régulièrement et en utilisant des mots qu’ils n’utilisent qu’entre eux.

Voici quelques textes :

La gare est une zone de fidélité puisque l’on peut à la fois rire et pleurer. Chaque jour après les cours vers 17 h comme par hasard, tous les gens sortent leur bigo et leur gilet vert pour rentrer chez leurs darons. Ici, dans cet endroit chelou, on peut apercevoir des cars, des trains puis des élèves, des meufs, des best friends ou des ennemies.
Melissa L, Melissa L, Léa D

Challans est une petite commune où il y’a beaucoup de magasins. Mamif, mon mec et moi faisions les magasins très souvent. Il y a souvent beaucoup de monde  : qui dit monde dit bouchon, qui dit bouchon dit attendre des heures et des heures à regarder les idiots faisant leur Kéké en scoot. Roy qu’est-ce que c’est chiant d’attendre ! On y va souvent pour un ou deux articles, au final, on en sort avec une vingtaine d’articles et au final on vide la carte bleue.
Celhia, Wendy M

Quand on arrive devant la maison, il y a Pépito (un gros husky sibérien) dans le jardin. Après on rentre et on se retrouve nez à nez avec Pompon (le petit Chiwawa), avec sa taille ridule face à Pépito. Souvent, on va au frigo et on prend un bon coca, bien frais, en regardant Lana (la petite sœur) jouer et rager à Fortmile. Puis on écoute de la zik, posé devant des tiktoks et on parle à des potes en message vocal et on rigole bien.
Aubane, Stécy

Lundi Moussa ouvre son kebab à 11h et commence son travail. Ayoub le retrouve comme tous les jours. Son bahut est plutôt classique, coloré, mais assez moderne pour attirer la clientèle. La carte est bien gé-char. De 20h à minuit, Moussa s’occupe de son merco.
Antonin, Baptiste

Permettre à des jeunes qui sont éloignés de la littérature et des livres de rencontrer un écrivain, c’est une des raisons d’être de la résidence.

Merci à Nathalie Pouyez, enseignante qui a permis cela.