l’Esprit du lieu

Accueil > Résidences d’artistes > Passées > Jean-Luc Parant > La proposition artistique : « À Boulevue »

La proposition artistique : « À Boulevue »

publié le jeudi 6 octobre 2016

Le titre complet est « À Boulevue, d’une fabrication précipitée de trente-deux mille deux cents boules et quatre textes sur les yeux au lac de Grand-Lieu ». À Boulevue est une locution verbale qui signifie : vaguement, sans attention .
« Nous sommes chacun dans notre propre nuit, aveugles de nous-même et que nous ne voyons nous-même que morceau par morceau à l’instar de ce Lac de Grand-Lieu qui se dérobe au regard et que nos yeux ne peuvent découvrir que petit bout par petit bout, jamais totalement. » [1]. Ainsi, l’artiste propose de représenter le lac dans la nuit à travers un « impressionnisme du toucher », boule par boule. Boules qui sont modelées avec la matière du lac, l’argile, la tourbe… (Boule, la forme que l’artiste utilise depuis toujours dans son œuvre, forme la plus élémentaire que la main puisse produire.)


32 215 boules que Jean-Luc Parant propose de fabriquer avec les 32 215 habitants riverains du lac. Il propose de faire entrer le lac dans l’Abbatiale, morceau par morceau, boule par boule. Il fera un tableau du lac, « un tableau touchable dans l’obscurité, un tableau pour la nuit » [2]. 30 000 petites boules (vues de loin) sont enfermées dans quatre vitrines, quatre châsses (pour reprendre un vocabulaire religieux), boules intouchables et 2 215 boules touchables de la taille de la main sont posées sur l’autel.

À la fin de l’exposition, l’artiste les lancera dans le lac, elles retourneront à la nuit du lac. Cette action fera l’objet d’une vidéo et d’une publication intitulée « compte des mille et une boule » [3]

Ainsi, du 21 septembre 2003 au 21 juin 2005, les 32 215 boules ont été fabriquées par près de 900 personnes. « Je suis le premier copieur de mes propres œuvres et si mes boules ne sont jamais signées, c’est pour laisser aux autres la possibilité de les fabriquer en toute liberté et toute honnêteté. [4] » déclare Jean-Luc Parant. C’est ainsi qu’à Grand-lieu le projet a pu être réalisé. L’œuvre est composée d’une multitude de boules qui sont autant de points de vue sur le lieu.
Pendant ce temps, Jean-Luc Parant a écrit un texte « sur les yeux mimant son silence » [5]. Il est venu en lire des extraits à chaque changement de saison. Un livre et un CD ont été édités à la fin de la résidence.


[1Kristell Loquet, Préface, in « à Boulevue » éditions joca seria, 2004, page 7

[2Kristell Loquet, Préface, in « à Boulevue » éditions joca seria, 2004, page 9.

[3« compte des mille et une boule » dans le cadre des instantanés (N°49) au Frac des Pays de la Loire, du 3/12/2004 au 2/01/2005.

[4Jean-Luc Parant, « Du pareil au même », lecture,

[5Kristell Loquet, Préface, in « à Boulevue » édition joca seria, 2004, page 8.